Vos élus FN vent debout contre la hausse des impôts locaux

image

image

Publicités

Quand la CGT insulte nos policiers

Bureau15Communiqué de Christophe Barthès suite à la publication d’une affiche de la CGT attaquant nos forces de l’ordre :

La CGT a récemment publié une affiche où figure une matraque et un insigne de CRS sur un sol ensanglanté, et portant pour slogan « La police doit protéger les citoyens et non les frapper ! ». Ces derniers vont jusqu’à menacer les forces de l’ordre sur leur site internet : « Ne laissons pas faire et ripostons si besoin à ces méthodes et les bruits des bottes ».
La CGT montre une fois de plus son vrai visage : celui d’un groupuscule d’extrême-gauche, qui, à défaut de défendre les travailleurs, protège les casseurs et autres délinquants.

Portant de graves accusations envers nos forces de l’ordre, l’attitude de ce syndicat est intolérable. Rappelons que nous décomptons plus de 150 policiers blessés à ce jour par des manifestants de « Nuit Debout ». Nous demandons le retrait immédiat de l’affiche et appelons le ministre de l’Intérieur à déposer plainte.

Ces organisations ne représentent plus les salariés, aveuglés par leur bien-pensance et leur proximité politique avec la gauche et l’extrême-gauche. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : seuls 5% des ouvriers sont syndiqués !

Une réforme est plus que nécessaire afin de permettre à de nouveaux syndicats de se créer, plus neutres et plus proches des préoccupations des salariés.

Par ailleurs, nous rappelons notre soutien sans faille aux forces de l’ordre et demandons la dissolution des groupes « Antifas » à l’origine des violences.
l-affiche-du-syndicat-info-com-de-la-cgt-1461100754
La révoltante affiche de la CGT

« La Marseillaise » bannie du Conseil Régional

jamet-montpellierCommuniqué de presse de France Jamet

Membre du Bureau Politique du Front National

Présidente du Groupe des élus Front National-RBM au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Le vendredi 16 avril dernier se tenait la première Assemblée Plénière de la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées à Montpellier. Comme il est de tradition dans l’ancienne capitale régionale, où notre hymne national est chanté avant chaque assemblée (municipale, communautaire et régionale) depuis Georges Frêche, nous avons demandé à la Présidente de la Région Carole Delga de respecter la coutume.

Nous avons été très surpris et choqués par son refus catégorique. Ancienne Secrétaire d’Etat de la République et toujours Députée de la Nation, Carole Delga a montré son vrai visage : celui du mépris de la France et de tout ce qu’elle représente. Elle a refusé l’hommage aux enfants de la patrie leur préférant les immigrés clandestins pour lesquels elle a fait adopter un vœu lors de cette même séance. Face à ce scandaleux rejet, tous les élus de notre groupe se sont spontanément levés pour rendre hommage à la France en chantant « La Marseillaise », devant une gauche plurielle pleine d’arrogance et une fausse droite honteusement muette.

Le Front National a une nouvelle fois prouvé qu’il reste le seul parti politique à respecter les traditions. Nous défendrons corps et âme notre patrie, notre région et notre peuple face à tous ses fossoyeurs. Malgré la mise au ban de notre hymne national au Delgastan, « La Marseillaise » continuera de retentir au travers de la voix des élus du Front National !

Limoux : l’inaction des autorités face à la délinquance doit cesser !

Réaction de Julien Rancoule suite à la tenue du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance :

Une fois de plus, on nous rabâche que « Limoux est une ville tranquille », dormez en paix braves gens. Méthode Couet de rigueur au sein de la mairie de Limoux.
On reproche même à certains citoyens d’entretenir un « sentiment d’insécurité » en dénonçant une partie des actes de délinquance commis régulièrement dans le Limouxin. Est-il plus responsable de dissimuler ces faits ?

Les témoignages de ceux qui subissent directement les violences, intimidations, vols et autres méfaits dérangent parce qu’ils expriment la triste réalité, bien plus que des chiffres tronqués et dépassés, basés uniquement sur les plaintes.

La municipalité  veut cacher la misère en installant de fausses vitrines dans les nombreux commerces fermés du centre-ville.
Dans leur lancée, pourquoi ne pas placer des silhouettes en carton de gendarmes ou policiers pour rassurer ?

Plus sérieusement, quelles solutions concrètes ont été adoptées pour endiguer ces délits ? Des journées de sensibilisation dans les établissements scolaires ? Une énième installation sportive à Saint Antoine alors que tant d’autres quartiers de la ville ne possèdent aucune infrastructure pour les jeunes ?

La mairie a décidé d’acquérir une caméra de surveillance mobile pour 40.000€.
Pouvant être déplacée à l’envie par la municipalité, on peut légitimement se poser des questions quant à nos libertés individuelles. Qui pourra nous garantir qu’elle ne sera pas utilisée à d’autres fins qu’à un but sécuritaire ?
Les images de vidéo-surveillance n’étant pas consultées en direct, un tel système est-il vraiment nécessaire ?
Ce budget aurait dû être injecté dans la création d’une patrouille nocturne de police municipale en week-end, qui, elle, aurait une réelle utilité.

Monsieur Durand souhaite plus communiquer sur les suites des infractions. Nous attendons donc avec grande impatience les suites données à la série d’agressions qui a frappé le centre-ville en ce début d’année. Combien d’auteurs appréhendés ? Quelles suites données par la justice ? Je doute que l’on ait une réponse, tant cette dernière serait révoltante aux yeux des Limouxins.

 

image

Matinée militante en Haute-Vallée

IMAG0215[1]

Pas de grasse matinée ce dimanche pour ces militants ! En effet, c’est dès l’aube que certains d’entre eux ont débuté la journée par une séance de collage, partant de Limoux pour finir à Axat, en passant entre autres par Couiza, Espéraza, et la cité aux trois quilles.

Rejoints par d’autres vaillants Frontistes à la gare de Quillan – ou plutôt ce qu’il en reste, le guichet ayant été supprimé l’année dernière – l’équipe s’est ensuite attelée au boîtage de l’ensemble de la commune, chef-lieu du canton. Ce sont environ 2.000 tracts qui ont ainsi pu être distribués, sur les thèmes du chômage, de l’immigration ou encore de la santé.

Un grand merci à ces volontaires qui ont permis cette matinée d’action productive et bien sympathique.

Élément essentiel pour le renforcement et le développement de notre encrage territorial et gage de notre réussite pour les élections à venir, n’hésitez pas à prendre contact avec le bureau départemental ou votre responsable de canton pour venir militer à nos côtés !