Christophe Barthès refuse de célébrer le 19 Mars

IMG_0867Christophe Barthès, secrétaire départmental du FN11, conseiller municipal de Trèbes et conseiller régional d’Occitanie communique :

Le Président de la F.N.A.C.A de TRÈBES pouvait enfin se réjouir, et ne s’en est pas privé, avec l’aide de la municipalité, il pouvait inaugurer une plaque sous le titre trompeur de «  JARDIN du SOUVENIR » avec par ruse, l’astuce de mentionner après 2 autres dates qui, elles, sont illustres, celle du 19 mars 1962 et par cette astuce, y convier, personnalités, présidents et porte-drapeaux en nombre conséquent.

A constater que les morts d’autres conflits en Indochine, Tunisie, Maroc, OPEX ne sont pas sur cette plaque.

Il faut savoir que le cessez le feu du 19 mars 1962, appliqué strictement par l’Armée Française et rompu unilatéralement dès le lendemain, par les dirigeants FLN, et a marqué le début des massacres de 100 000 harkis sauvagement assassinés, de militaires et civils tués ou disparus et ce, jusqu’après l’indépendance de l’Algérie, le 5 juillet 1962.

Il est incohérent et insultant pour tous ces harkis et français qui ont été tués ou ont disparu après le 19 mars, d’avoir également retenu cette date (par une loi à caractère politique) de la journée d’hommage aux victimes de la guerre d’Algérie, alors que cet hommage était déjà commémoré le 5 décembre (excepté par la F.N.A.C.A) depuis plusieurs années.

Seules deux associations ont choisi le 19 mars pour leur recueillement, c’est leur choix, cela n’a pas été celui des anciens Présidents de la République, y compris le Président Mitterrand. Le 22 septembre 2016, le Président Hollande, en reconnaissant le massacre dont les harkis ont été victime, a, de ce fait implicitement désigné le 19 mars 1962 comme le signal de ce massacre, confirmant donc le rejet de cette date pour tous ceux qui ont combattu aux côtés des harkis.

30 associations du monde combattant représentant environ 1,2 millions de membres expriment, encore aujourd’hui, leur désapprobation de la loi source de divisions sur le 19 mars 1962, laissant à chacun de décider en leur âme et conscience, en accord avec leurs présidents, de prendre part à ces cérémonies.

Nous considérons que la journée officielle d’hommage aux victimes de cette période douloureuse de l’histoire est le 5 décembre, et comme la loi du 28 février 2012 votée par la très grande majorité des parlementaires, assure que la mémoire de tous les morts pour la France, est honorée le 11 novembre, en même temps que la Victoire et la Paix.

Publicités

Le Front National aux côtés des viticulteurs

Le Front National était dignement représenté samedi dernier à la manifestation pour la défense de nos viticulteurs samedi dernier.

En effet, Christophe Barthès, secrétaire départemental du FN11 et conseiller régional, Laure-Emmanuelle Philippe, conseillère régionale et responsable de la 2e circonscription, Jean-François Darraud, candidat RBM sur la 2e circonscription, ainsi que de nombreux militants, ont répondu présents à l’appel des vignerons Audois.

Surprise, Monsieur Robert Ménard, maire de Béziers, a fait l’Honneur de participer à cette marche à nos côtés.

Seule Marine Le Pen permettra à nos viticulteurs de vivre décemment de leur travail : mise en place du patriotisme économique, d’un protectionnisme intelligent aux frontières pour lutter contre la concurrence déloyale, nationalisation de la PAC afin de la distribuer plus justement, aide à l’installation pour les jeunes agriculteurs, etc.

Notre banderole attaquée

Sitôt posée, déjà attaquée : notre nouvelle banderole à l’effigie de notre Présidente a été arrachée moins de 24h après son installation, et ce en plein jour, à 9h du matin, mardi dernier.

Le triste constat est là : le laxisme chronique de la « Justice », qui n’a pour l’heure sanctionné aucun des délinquants qui ont dégradé notre permanence, créé un sentiment d’impunité chez ces anti-démocrates qui agissent avec de moins en moins de précautions.

Il est grand temps de remettre la France en Ordre !

La banderole a pu, par chance, être récupérée et rattachée au dessus de la permanence.

Gilles Ardinat à Castelnaudary : « l’échec de l’€uro et ses conséquences »

À l’appel du Front National de la 3eme circonscription de l’Aude, Gilles Ardinat, professeur agrégé et conseiller régional FN/RBM, nous a fait le plaisir de tenir une conférence-débat sur le thème de « l’Échec de l’€uro et ses conséquences » mercredi dernier à Castelnaudary.

Thème important du programme de Marine, il est en effet essentiel de retrouver l’ensemble de nos souveraineté, y compris monétaire, pour pouvoir être maîtres de notre destin.
Nos adversaires jouant régulièrement sur les peurs à ce sujet, il est essentiel de se renseigner sur le sujet et de faire un travail d’information auprès des Français sur le terrain.

Non, Marine Le Pen ne veut pas une sortie brutale de l’€uro mais souhaite une sortie programmée, réfléchie, préparée, et ce après un référendum.
Non, un retour à une monnaie nationale ne serait pas une catastrophe pour notre économie, bien au contraire : le fait de retrouver une monnaie adaptée à notre économie boosterait nos exportations, relancerait donc notre industrie et créerait par conséquent de nombreux emplois.
Non, notre dette n’exploserait pas : la quasi-totalité de celle-ci étant conclue en Droit Français, celle-ci serait relibellée dans la nouvelle monnaie.
Non, les prix à la pompe n’exploseraient pas : plus de 80% du prix des carburants sont des taxes, qui par conséquent ne seraient pas impactés.

Les personnes venues en nombre ont ensuite pu poser des questions sur ce sujet qui intéresse visiblement beaucoup.

La soirée s’est ensuite terminée autour d’un apéritif et d’un buffet où tout le monde aura pu échanger de façon plus informelle.

Retrouvez l’article de La Dépêche ici.

Inondations : l’écologie ne doit pas se faire en dépit du bon sens !

christophe-barthesCommuniqué de Christophe Barthès, secrétaire départemental du FN11, conseiller régional d’Occitanie et candidat pré-investi aux élections législatives sur la 1ere circonscription :

Il y a quelques jours, le Minervois a été durement touché par les inondations.
Je tenais à apporter tout mon soutien aux sinistrés, notamment à mes collègues agriculteurs.
Remercions l’action de nos services de secours qui ont su réagir avec efficacité face à ce sinistres.

L’heure doit à présent être à la réflexion. L’entretien de nos cours d’eau fait clairement défaut. Nos anciens les récuraient régulièrement. Peut-être y avait-il une raison ? Des citadins ont décidé de ne plus les nettoyer au nom de l’écologie. Cela permettait pourtant de les fluidifier et limitait ainsi les risques de débordements.

Est-il plus écologique de laisser nos champs, nos communes, nos territoires se faire inonder ?
J’en appelle à la responsabilité et au bon-sens de nos élus.

Note : la presse n’ayant pas publié ce présent communiqué, nous le diffusons ici-même avec un peu de retard.