Soutien aux Forces de l’Ordre ! Communiqué de France Jamet

jamet-montpellierCommuniqué de presse de France Jamet,

Membre du Bureau Politique du Front National

Présidente du Groupe des Elus Front National-RBM
au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

France Jamet et l’ensemble des élus du groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine à la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées apportent leur soutien le plus total aux policiers qui ont manifesté aujourd’hui leur colère contre la « Haine Anti Flics » dans toute la région.

Récemment honteusement mises en cause par l’extrême-gauche et la CGT, nos forces de l’ordre font pourtant preuve d’une responsabilité exemplaire. Mobilisés en continu depuis bientôt 6 mois dans le cadre de l’Etat d’Urgence pour lutter contre la menace terroriste et, plus largement, pour endiguer l’explosion de la criminalité, les policiers font face à une dégradation constante de leurs conditions de travail.

France Jamet tient à saluer le courage de ces hommes et de ces femmes qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour assurer la sécurité des Français, parfois au risque de perdre la vie (112 morts et près de 500 suicides depuis 2004 !). Le laxisme judiciaire et les coupes budgétaires doivent cesser pour permettre à la police d’agir efficacement contre l’ensauvagement de la société.

Le Front National propose la mise en place de la présomption de légitime défense pour les policiers, le renforcement des effectifs et de moyens des forces de l’ordre ainsi que l’application de la tolérance zéro envers les délinquants récidivistes. Avant de franchir le point de non-retour, restaurons rapidement l’autorité de la République !

France Jamet s’est rendu, ce mercredi midi, devant l’Hôtel de Police de Montpellier pour
soutenir la manifestation des policiers tandis que Julien Sanchez et Yoann Gillet étaient à Nîmes, Maïthé Carsalade et Julien Leonardelli à Toulouse et Laure-Emmanuelle Philippe et Christophe Barthès à Carcassonne.

Les Conseillers Régionaux du Front National ne laisseront ni la racaille ni les manipulateurs d’extrême-gauche faire de la police une cible !

Commissions sectorielles : L-E PHILIPPE (FN) répond à M.PY (LR)

Bureau12Communiqué de presse de Laure-Emmanuelle PHILIPPE,
Conseillère Régionale FN de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées,
Conseillère Municipale de Leucate Rassemblement Bleu Marine

Mr Py, maire LR de Leucate et conseiller régional, se plaît à dénoncer, dans un récent tract purement mensonger, de soi-disants votes FN concernant la commune durant les commissions sectorielles tenues le 31 mars dernier.

Il semble que, malgré son 2ème mandat à la Région, il ne connaisse pas encore l’institution pour laquelle il a été élu…une chose est de faire acte de présence, faut-il encore en comprendre son fonctionnement!

En effet, ces 20 commissions sont des réunions de travail consultatives, non décisives, où sont présentés les divers projets régionaux. Leurs membres, dont nos élus, en débattent, décident de leur mise en délibération en commission Permanente puis les votent en Assemblée Plénière.
Par volonté de cohésion, le FN ne vote jamais lors des sectorielles, préférant étudier les dossiers et leur recoupement avec l’ensemble de son groupe (contrairement au groupe de droite qui, par ses votes disparates et son manque de concertation, a vu de ses élus déserter son camp!).

Suite, donc, aux propos fallacieux de Mr Py, le groupe Front National de Leucate, associé à celui de la Région, informe les leucatois qu’il n’acceptera pas ce genre de manœuvres visant à les manipuler.

Ils doivent, en effet, se demander comment un maire, ayant à sa disposition de multiples supports de communication (presse, bulletins municipal, etc), puisse avoir besoin de recourir à un tel tract, plutôt digne de celui d’un parti d’opposition. Pourquoi tenter de redorer ainsi son blason, de manière si peu glorieuse et répréhensibles? Se sentirait-il sur le déclin?

Premier magistrat de Leucate ou pas, diffamer ne se fait jamais sans conséquence. Cela ne restera donc pas sans suite ni poursuites juridiques.

Il est bien Py-toyable de faire croire en notre désengagement quand seul le Front National défend quotidiennement vos intérêts…ne lui en déplaise.

« La Marseillaise » bannie du Conseil Régional

jamet-montpellierCommuniqué de presse de France Jamet

Membre du Bureau Politique du Front National

Présidente du Groupe des élus Front National-RBM au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Le vendredi 16 avril dernier se tenait la première Assemblée Plénière de la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées à Montpellier. Comme il est de tradition dans l’ancienne capitale régionale, où notre hymne national est chanté avant chaque assemblée (municipale, communautaire et régionale) depuis Georges Frêche, nous avons demandé à la Présidente de la Région Carole Delga de respecter la coutume.

Nous avons été très surpris et choqués par son refus catégorique. Ancienne Secrétaire d’Etat de la République et toujours Députée de la Nation, Carole Delga a montré son vrai visage : celui du mépris de la France et de tout ce qu’elle représente. Elle a refusé l’hommage aux enfants de la patrie leur préférant les immigrés clandestins pour lesquels elle a fait adopter un vœu lors de cette même séance. Face à ce scandaleux rejet, tous les élus de notre groupe se sont spontanément levés pour rendre hommage à la France en chantant « La Marseillaise », devant une gauche plurielle pleine d’arrogance et une fausse droite honteusement muette.

Le Front National a une nouvelle fois prouvé qu’il reste le seul parti politique à respecter les traditions. Nous défendrons corps et âme notre patrie, notre région et notre peuple face à tous ses fossoyeurs. Malgré la mise au ban de notre hymne national au Delgastan, « La Marseillaise » continuera de retentir au travers de la voix des élus du Front National !

Région : défendons notre Marseillaise !

COMMUNIQUE DE PRESSE DE FRANCE JAMET
PRESIDENTE DU GROUPE DES ELUS FN-RBM
au CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON MIDI-PYRENEES

Quand Monsieur Onesta préside la cérémonie des vœux de la Région, c’est la Patrie qui est en danger

Après les « vœux » présentés à Toulouse par Madame Delga, présidente de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, ce fut au tour de Monsieur 10%, Gérard Onesta, président de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées par défaut, d’organiser la cérémonie des vœux ce vendredi 22 janvier à Montpellier.

En effet, la veille, après « Se Canto » et un discours trop long tout empreint d’autosatisfaction et de promesses sans lendemain, la présidente de région avait sacrifié à la tradition en clôturant son allocution par « La Marseillaise ». Mais à Toulouse, devant un parterre d’invités interloqués, Monsieur 10% a refusé de la chanter. Il a ainsi clairement marqué sa désapprobation et refusé de s’en tenir à une simple attitude silencieuse, digne et mais respectueuse.

Alors, hier au Corum à Montpellier, Madame Delga a cédé aux exigences de Monsieur Onesta : La même allocution que la veille en Midi-Pyrénées s’est terminée par une vague métaphore sportive mais point de Marseillaise !

Que Monsieur 10% refuse d’entonner notre hymne national est discutable voire choquant.

En effet, la nation tout entière sait aujourd’hui que notre pays et nos valeurs républicaines s’incarnent dans nos symboles. La nation tout entière sait qu’après les tragiques événements que notre pays a traversés et subis jusque dans sa chair, il est important et vital de les respecter et de nous rassembler autour de ce chant et de cet étendard.

Que Monsieur 10% ait obtenu qu’à Montpellier notre hymne national soit interdit à la cérémonie des vœux de la Région est scandaleux et antirépublicain.

Ce jeudi 22 janvier Madame Delga a encore une fois et malheureusement renoncé à l’essentiel : des convictions et de la fermeté pour la défense de nos compatriotes, de notre Région, de notre France et de ses traditions.

Les Elus du Front National-Rbm, conseillers régionaux du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées condamnent cette reculade qui signe l’abandon de nos valeurs républicaines au profit de convictions partisanes et séparatistes qui s’avèrent particulièrement dangereuses pour notre pays et nos libertés.

Le Front National refuse la voie séparatiste et indépendantiste engagée par Monsieur 10% au profit d’une Europe des Régions sans racine, sans Peuple et sans Démocratie.

Défendons notre Marseillaise !

 

Conseil régional : La Gauche sectaire pratique le déni démocratique

Communiqué de presse de France Jamet, Conseillère régionale,
Présidente du groupe FN/RBM à la Région Languedoc-Roussillon – Midi Pyrénées

 

L’assemblée plénière du Conseil régional Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, qui s’est réunie à l’hôtel de Région de Toulouse ce lundi 18 janvier jusqu’ à 22h30, a été particulièrement révélatrice de l’état d’esprit liberticide et anti-démocratique de l’alliance Gauche – Extrême Gauche menée par la nouvelle présidente du conseil régional.

D’emblée, elle a rejeté les 13 amendements proposés par le groupe FN / RBM sur la modification du règlement intérieur, présentés pour une plus grande transparence, une plus grande équité et un vrai respect de la proportionnelle. Carole Delga n’a caché longtemps sa fébrilité et son sectarisme qui l’animent par des propos agressifs et sectaires à l’encontre des élus du Front National.

Pour renvoyer l’ascenseur à « Monsieur 10% », Carole Delga a déjà créé un nouveau « machin », le Bureau de l’Assemblée, dirigé par Gérard Onesta, composé de cinq membres exclusivement désignés au sein de l’alliance Gauche – Extrême Gauche, refusant ainsi de respecter le pluralisme démocratique et appliquant une discrimination sans vergogne à l’égard des électeurs du FN !

Malgré les déclarations de campagne des uns et des autres, les élus du groupe FN / RBM ont été les seuls à demander la baisse de 30% des indemnités des élus au Conseil régional, honorant ainsi leur promesse de campagne.

En fin de séance, visiblement agacée par le travail et les interventions des 40 élus FN / RBM dans l’hémicycle (1er groupe d’opposition représentant 25% de l’assemblée régionale), Carole Delga a refusé, en deux temps, de respecter, conformément à la jurisprudence, le principe de la répartition proportionnelle pour les représentations au sein des organismes extérieurs (comités régionaux, associations, syndicats mixtes, etc.) qui aurait permis au groupe FN / RBM d’obtenir 134 représentations. Elle a tout d’abord demandé à l’assemblée plénière de se prononcer contre le principe du vote, organisme par organisme. Elle a ensuite imposé un vote bloqué à la demande du PS pour faire adopter à la majorité simple sa propre liste incluant 6 représentations pour le groupe LR-MODEM-UDI.

Autoritarisme, arbitraire, refus de la pluralité et déni de la démocratie, cette alliance Gauche – Extrême Gauche a montré son vrai visage ce 18 janvier 2016 au Conseil régional et fut très complaisante à l’égard d’une pseudo opposition LR-UDI-Modem qui le lui a bien rendu.

Bien entendu, mené avec énergie et détermination par sa présidente France Jamet, le groupe Front National / Rassemblement Bleu Marine va déposer très rapidement les recours qui s’imposent devant les tribunaux compétents pour lutter contre ces atteintes inacceptables à la démocratie et au bon droit des électeurs régionaux.

Région : Dès le premier vote, la majorité de Carole Delga se fissure !

Communiqué de presse de France Jamet, Conseillère régionale,

Présidente du groupe FN/RBM à la Région Languedoc-Roussillon – Midi Pyrénées

 

Ce lundi 4 janvier, pour la séance plénière inaugurale de la nouvelle assemblée de Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées, le groupe des élus du Front National / Rassemblement Bleu Marine, conduit par France Jamet et fort de 40 conseillers régionaux (dont 13 sont membres de la Commission permanente), fut omniprésent, toute la journée, jouant pleinement son rôle de première force d’opposition et de proposition.

 

Ainsi, pour présider cette première séance, ce sont deux membres du groupe FN/RBM qui ont officié, en l’occurrence le doyen d’âge, Gérard Maurin, et le Secrétaire de séance, Quentin Lamotte. De même, face à la candidature de Carole Delga, seule France Jamet s’est portée candidate à la présidence de la Région. Enfin, sans candidat et visiblement « aux abonnés absents », les élus de Les Républicainsont décidé courageusement de voterblanc. Or, en politique, s’abstenir, c’est un peu mourir…

 

Pour cette élection à la présidence, France Jamet peut se féliciter d’avoir fait le plein de ses voix et de diriger un groupe politique cohérent, gage d’efficacité. Il n’en est pas de même pour Carole Delga qui n’a finalement recueilli que 89 voix sur les 93 élus de sa propre liste.

 

Ainsi, dès le premier vote de la nouvelle assemblée, la majorité hétéroclite de Carole Delga s’est fissurée. Cette anecdote est révélatrice d’un profond malaise au sein de cette nouvelle majorité composite. Il est à craindre, pour nos concitoyens, que les affaires de la Région pâtissent de cette direction sans barre, ni boussole, où le règne de la compromission permanente sera la seule règle. La majorité à tout prix aura un coût, sonnant et trébuchant celui-là.