Attentats de Trèbes et Carcassonne : conférence de presse

screenshot_20180404-050238__016376361022834646613.jpg

Publicités

Attentat de Trèbes : Communiqués de presse du Front National

Communiqué de presse du Front National

Attaque terroriste de Trèbes : quand le gouvernement prendra-t-il conscience que nous sommes en guerre?

Notre pays a été l’objet d’une nouvelle attaque terroriste. Comme d’habitude, les Français ont droit à une sorte de rituel gouvernemental :

– déplacement du ministre de l’Intérieur sur les lieux, qui nous expliquera avec l’air satisfait les mesures mises en place;- déclaration lénifiante sur les pathologies psychiatriques supposées du terroriste, comme vient de le faire E. Macron;
– avis d’experts pour démontrer l’efficacité des dispositifs antiterroristes…
Fait inquiétant : on s’aperçoit qu’après avoir frappé les métropoles, les terroristes choisissent désormais de s’attaquer aux périmètres moins contrôlés des zones rurales, adoptant là la technique expérimentée dans tous les pays qui ont sombré dans le terrorisme comme l’Irak.
L’attaque meurtrière de Trèbes est visiblement le fait d’un étranger fiché S doublé d’un délinquant. Que faisait-il sur le sol français?
Lorsque les députés du Front National ont proposé le 28 septembre 2017, par voie d’amendement, l’expulsion des fichés S étrangers, la majorité En Marche et LR ont voté contre.
Le Front National demande que le terrorisme soit maintenant traité comme un « acte de guerre », et que les étrangers sur les 16.000 fichés « S » recensés soient immédiatement expulsés.

Au-delà de cette mesure ciblée, le Front national demande le retour des contrôles effectifs aux frontières nationales.

Christophe Barthès refuse de célébrer le 19 Mars

IMG_0867Christophe Barthès, secrétaire départmental du FN11, conseiller municipal de Trèbes et conseiller régional d’Occitanie communique :

Le Président de la F.N.A.C.A de TRÈBES pouvait enfin se réjouir, et ne s’en est pas privé, avec l’aide de la municipalité, il pouvait inaugurer une plaque sous le titre trompeur de «  JARDIN du SOUVENIR » avec par ruse, l’astuce de mentionner après 2 autres dates qui, elles, sont illustres, celle du 19 mars 1962 et par cette astuce, y convier, personnalités, présidents et porte-drapeaux en nombre conséquent.

A constater que les morts d’autres conflits en Indochine, Tunisie, Maroc, OPEX ne sont pas sur cette plaque.

Il faut savoir que le cessez le feu du 19 mars 1962, appliqué strictement par l’Armée Française et rompu unilatéralement dès le lendemain, par les dirigeants FLN, et a marqué le début des massacres de 100 000 harkis sauvagement assassinés, de militaires et civils tués ou disparus et ce, jusqu’après l’indépendance de l’Algérie, le 5 juillet 1962.

Il est incohérent et insultant pour tous ces harkis et français qui ont été tués ou ont disparu après le 19 mars, d’avoir également retenu cette date (par une loi à caractère politique) de la journée d’hommage aux victimes de la guerre d’Algérie, alors que cet hommage était déjà commémoré le 5 décembre (excepté par la F.N.A.C.A) depuis plusieurs années.

Seules deux associations ont choisi le 19 mars pour leur recueillement, c’est leur choix, cela n’a pas été celui des anciens Présidents de la République, y compris le Président Mitterrand. Le 22 septembre 2016, le Président Hollande, en reconnaissant le massacre dont les harkis ont été victime, a, de ce fait implicitement désigné le 19 mars 1962 comme le signal de ce massacre, confirmant donc le rejet de cette date pour tous ceux qui ont combattu aux côtés des harkis.

30 associations du monde combattant représentant environ 1,2 millions de membres expriment, encore aujourd’hui, leur désapprobation de la loi source de divisions sur le 19 mars 1962, laissant à chacun de décider en leur âme et conscience, en accord avec leurs présidents, de prendre part à ces cérémonies.

Nous considérons que la journée officielle d’hommage aux victimes de cette période douloureuse de l’histoire est le 5 décembre, et comme la loi du 28 février 2012 votée par la très grande majorité des parlementaires, assure que la mémoire de tous les morts pour la France, est honorée le 11 novembre, en même temps que la Victoire et la Paix.